RESPECTUEUX DU CLIMAT, EFFICACE ET DURABLE

Approvisionnement transfrontalier en chaleur

Les réseaux de chauffage collectif constituent l’infrastructure adaptée pour assurer un approvisionnement en chaleur respectueuse du climat dans les villes et les communes. Ils permettent l’intégration de sources de chaleur très diverses et sont souvent plus efficaces que des installations de chauffage individuelles. Les réseaux de chaleur peuvent être alimentés non seulement par des énergies renouvelables mais aussi par

les chaleurs fatales inévitables dégagées par des usines. La France tout comme l’Allemagne souhaitent augmenter significativement l’utilisation de ces énergies décarbonées pour leur consommation de chaleur. Le défi auquel sont confrontés les deux pays est de devoir élargir et transformer les infrastructures existantes et d’en construire de nouvelles.

Alliance chaleur Kehl-Strasbourg

Au sein de la zone frontalière de Strasbourg-Kehl, des collectivités et des entreprises avec le soutient des régions et des ministères travaillent sur un projet d’infrastructure porteuse d’avenir. Leur vision : chauffer à l’avenir des milliers de foyers des deux côtés du Rhin en respectant le climat, grâce à la valorisation des émissions de chaleur de l’aciérie locale.

Dans le port de la ville bade-wurtembergeoise de Kehl, la Badische Stahlwerke GmbH (BSW) exploite une aciérie située à la frontière franco-allemande. Elle y produit environ 2,2 millions de tonnes d’aciers longs et d’aciers à béton pour le bâtiment pour lesquels elle consomme de la ferraille et de l’électricité. Actuellement, les émissions de chaleur peuvent être valorisées seulement en faible partie par l’usine elle-même. Sur l’autre rive du Rhin se trouve Strasbourg, une ville qui s’est fixée comme objectif de s’approvisionner uniquement avec des énergies renouvelables et de récupération d’ici 2050.

La chaleur fatale des deux fours de fusion devrait être récupérée. © Badische Stahlwerke GmbH

Utiliser les synergies transfrontalières

La ville de Kehl et l’Eurométropole de Strasbourg coopèrent pour exploiter ce potentiel et envisagent conjointement l’approvisionnement en chaleur de leurs villes. Dès que les études techniques et économiques préalable auront été réalisées, la fondation d’une société franco-allemande pour la réalisation et l’exploitation d’une conduite de transport de chaleur devrait être lancée. Cette canalisation d’environ 7,5 kilomètres passant sous le Rhin, devrait relier l’aciérie au réseau existant de chauffage urbain dans le centre de Strasbourg et acheminera l’eau à 150 degrés Celsius. L’objectif est l’approvisionnement durable en chaleur d’une usine de pellets de bois dans le port de Kehl et d’environ 4 500 ménages à Strasbourg.

Respectueuse du climat, unique en son genre, porteuse d’avenir

L’ordre de grandeur est considérable : dès la mise en service de l’infrastructure, la nouvelle canalisation de chaleur acheminera environ 60 gigawattheures vers le réseau de chauffage urbain de Strasbourg, auxquels s’ajouteront environ 20 gigawattheures vers l’usine de pellets de bois de Kehl. Pour ce faire, environ 32 millions d’euros seront investis au total. Cela permettra de réduire les émissions de CO2 de plus de dix mille tonnes par an. À terme, le potentiel de chaleur fatale générée par BSW est avec 135 gigawattheures par an beaucoup plus élevé. Dans cette perspective, l’Eurométropole de Strasbourg et la ville de Kehl vont poursuivre le développement de leurs réseaux de chauffage urbain afin de pouvoir récupérer encore plus de chaleur fatale générée par la BSW. Le cas échéant, la réduction des émissions de CO2 atteindrait 25 000 tonnes par an.

Ce projet revêt un caractère unique étant donné son caractère transnational : le réseau de chaleur devrait permettre de transporter de la chaleur de l’Allemagne vers la France et vice-versa. La coopération montre comment des régions situées de part et d’autre du Rhin peuvent profiter aux points de vue économique et écologique d’une infrastructure énergétique commune. Simultanément, le projet coopératif souhaite constituer un exemple pour d’autres projets semblables dans le contexte européen.

Env. 7500
mètres
de canalisation de chaleur relieraient Strasbourg et Kehl
> 10000
tonnes
de réduction de CO2 par an seraient atteintes dès la première tranche des travaux
Env. 4500
foyers strasbourgeois
devraient profiter à l’avenir de cette chaleur respectueuse du climat
12
organismes
participent au développement du projet franco-allemand

Les étapes importantes

L’idée de valoriser la chaleur fatale des Badische Stahlwerke pour chauffer des immeubles de la région est née dès 2014. Après avoir été suspendue à l’époque pour de raisons économiques, elle est reprise suite à une initiative politique en 2018. Une première étude de faisabilité commandée et financée par le ministère de l’Environnement de Bade-Wurtemberg a montré début 2019 que le projet était réalisable techniquement et aussi économiquement viable, grâce à divers programmes de soutien. En ce moment, les modalités précises de mise en œuvre technique, financière et organisationnelle du projet sontvalidées dans le cadre d’une étude de faisabilité approfondie commandée par l’Eurométropole de Strasbourg. Avec la création d’une société commune de transport de chaleur, une nouvelle étape décisive devrait être franchie avant la fin de 2020. La société baptisée « Calorie Kehl-Strasbourg » construirait et exploiterait alors la canalisation transfrontalière. Les parties prenantes s’occupent actuellement d’obtenir des soutiens nationaux et communautaires, dans la perspective d’un démarrage de la construction de la conduite de chaleur dès 2021.

Le point déterminant du projet est la conduite de chaleur qui relie l’aciérie BSW aux consommateurs des deux côtés du Rhin. Les parties prenantes de ce projet adoptent de nouvelles méthodes pour la construction et l’exploitation de cette canalisation: ce n’est pas un opérateur énergétique qui concevra, construira et exploitera le transport de chaleur mais les collectivités concernées elles-mêmes avec le soutien des régions. Pour cela, sera créée la société « Calorie Kehl-Strasbourg ». La forme juridique choisie, une Société d’économie mixte locale (SEML) de droit français, garantit une gouvernance publique et permet un équilibre entre actionnaires allemands et français.

L’étude de faisabilité approfondie prévoit une canalisation de chaleur longue d’environ 7,5 kilomètres qui relierait à l’avenir le dispositif de récupération de chaleur de la BSW avec les consommateurs du côté allemand et la centrale thermique de l’Esplanade à Strasbourg. L’un des défis particuliers est la température de départ élevée nécessaire dans le réseau de chauffage urbain de Strasbourg. Une solution technique a pu être élaborée. De la chaleur fatale avec une puissance de 20 mégawatts sera récupérée à l’usine BSW et acheminée chez les clients au moyen d’une eau à 150 degrés : selon le projet, une canalisation d’environ 250 mètres de long ancrée dans le lit du fleuve traverserait le Rhin. Côté strasbourgeois, la centrale thermique locale alimente le réseau existant en chaleur. De plus, pendant la période d’arrêt annuelle de 3 semaines de la BSW, la chaleur de la centrale thermique pourrait être fournie en sens inverse aux clients situés en Allemagne. Cette option est examinée en ce moment.

Le projet transnational implique des investissements d’environ 32 millions d’euros. La Plateforme énergétique Franco-Allemande a identifié diverses possibilités de financement de ces investissements et mis au point une stratégie d’aides combinées au moyen de fonds de sources allemandes, françaises et européennes. Les partenaires du projet sont actuellement en pourparlers avec les organismes d’aide et de financement entrant en ligne de compte. Dernièrement, des fonds du programme INTERREG Rhin Supérieur de l’UE ont été accordés. Ce programme a pour vocation d’encourager tout spécialement des projets transfrontaliers intégrés dans la région et prendra en charge à peu près la moitié des coûts de développement et de planification du projet d’infrastructure transfrontalier. Un peu plus d’un million d’euros sera mis à disposition par le Fonds européen de développement régional (FEDER) pour financer la création de la société de chaleur et la planification du réseau de chaleur.

Parties prenantes

Des entreprises, des communes et intercommunalités, des ministères, des régions et des agences de l’énergie – douze organismes travaillent ensemble sur le développement et la réalisation du projet.

×

Eurométropole de Strasbourg


L’Eurométropole de Strasbourg est une communauté urbaine composée de Strasbourg et des communes avoisinantes. Avec ses 500 000 habitants environ elle a des besoins en chaleur élevés, qu’elle veut couvrir exclusivement au moyen de sources d’énergie décarbonées d’ici 2050. Elle progresse vers cet objectif grâce au projet « Calorie Kehl-Strasbourg ». En tant que principale consommatrice, l’Eurométropole acquerra une participation élevée dans la société de distribution de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg » appelée à être fondée.

https://www.strasbourg.eu/

×

Ville de Kehl


La Ville de Kehl est située dans l’ouest du Bade-Wurtemberg, au bord du Rhin, en face de Strasbourg. De nombreuses entreprises industrielles se sont installées au port de Kehl, parmi elles les Badische Stahlwerke, dont la chaleur fatale est appelée à être valorisée. La ville de Kehl projette d’élargir son réseau communal de chauffage urbain et pourrait, elle aussi, bénéficier de la valorisation de la chaleur fatale générée par la BSW. Lors de la fondation de la société de distribution de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg », elle acquerra une petite part.

https://www.kehl.de

×

Badische Stahlwerke GmbH (BSW)


La Badische Stahlwerke GmbH (BSW) implantée dans le port de Kehl produit des aciers longs et des aciers à béton pour le marché européen. L’utilisation des fours de fusion produit la chaleur fatale que le projet en question veut valoriser pour l’approvisionnement transfrontalière en chaleur. La BSW apparaît comme fournisseur de chaleur envers la société de distribution de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg » à créer.

https://www.bsw-kehl.de/

×

Région Grand Est


La Région Grand Est en France, dont la ville principale est Strasbourg, soutient le projet au niveau de la région. Il est prévu qu’elle prenne une participation dans la société de distribution de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg ».

https://www.grandest.fr/

×

Ministère de l’Environnement, du Climat et de l’Énergie


Le Land de Bade-Wurtemberg a été l’un des initiateurs actifs du projet par le biais de son ministère de l’Environnement, du Climat et de l’Énergie. Il prendra une participation dans la société de distribution de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg », de même que son pendant, la Région Grand-Est.

https://um.baden-wuerttemberg.de

×

EC Bioenergie GmbH & Co. KG


Un site de production de l’entreprise EC Bioenergie GmbH & Co. KG se situe, comme l’aciérie BSW,dans le port de Kehl. L’usine de la BK Bioenergie Betriebs GmbH & Co. KG y produit 50 000 tonnes de pellets de bois par an destinés au marché allemand et au marché français. BK Bioenergie couvre encore actuellement ses besoins en chaleur en brûlant ses propres produits dérivés de bois. En tant que client direct de la société de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg », l’usine utilisera à l’avenir la chaleur urbaine de la BSW.

https://www.ec-bioenergie.com/

×

Banque des Territoires


La Banque des Territoires est un des cinq métiers de la Caisse des Dépôts, un organisme financier de l’État français. Elle rassemble les expertises à destination des territoires françaises. La Banque des Territoires devrait prendre une participation dans la société de distribution de chaleur « Calorie Kehl-Strasbourg».

https://www.caissedesdepots.fr/

×

KEA Klimaschutz- und Energieagentur Baden-Württemberg GmbH


La KEA Klimaschutz- und Energieagentur Baden-Württemberg GmbH est l’agence de l’énergie du land de Bade-Wurtemberg et s’entend comme le guichet neutre et indépendant pour toutes les questions de protection de l’environnement. La KEA-BW a co-initié le projet et le soutient par son expertise en la matière et en servant d’intermédiaire notamment avec la BSW et EC Bioenergie.

https://www.kea-bw.de/

×

Agence pour la transition écologique (ADEME)


L’Agence pour la transition écologique (ADEME) est l’agence nationale de l’environnement et de la maitrise de l’énergie en France. Elle stimule, anime, coordonne et facilite les mesures de protection de l’environnement et de gestion de l’énergie. Elle est placée sous la tutelle du ministère de la Transition écologique ainsi que du ministère de la Recherche et de l’Innovation et elle soutient d’une manière générale le projet « Calorie Kehl-Strasbourg » de la Plateforme énergétique franco-allemande. En tant qu’administratrice du Fonds Chaleur elle est susceptible d’accorder une aide au projet.

https://www.ademe.fr/  

×

Plateforme énergétique franco-allemande


La Plateforme énergétique franco-allemande est un projet commun de la dena et de l’ADEME. Le but et la mission de la Plateforme énergétique franco-allemande sont l’accompagnement et le soutien des projets de coopération franco-allemande aux stades du lancement, du développement et de la mise en œuvre. En ce qui concerne le projet « Calorie Kehl-Strasbourg », elle soutient et accompagne les partenaires sur place lors du développement et de la planification du projet.

https://www.d-f-plattform.de/fr/page-daccueil/

×

Deutsche Energie-Agentur GmbH (dena)


La Deutsche Energie-Agentur GmbH (dena) est l’agence nationale de l’énergie en Allemagne. Son siège est à Berlin. Elle s’entend comme le moteur et l’accompagnatrice indépendante de la transition énergétique. Elle conseille les partenaires locaux du projet « Calorie Kehl-Strasbourg » par le biais de la Plateforme énergétique franco-allemande pour la collecte des aides et des financements et accompagne la communication et le développement global du projet. Elle évalue spécifiquement les expériences faites et souhaite les rendre utilisables par d’autre acteurs.

https://www.dena.de

×

INTERREG Rhin Supérieur


INTERREG Rhin Supérieur est un instrument d’aide de l’Union européenne destiné à soutenir financièrement des projets se déroulant dans le triangle France-Allemagne-Suisse. Il sert à réduire les disparités économiques, sociales et territoriales entre les divers territoires. Le projet « Calorie Kehl-Strasbourg » sera co-financé par des fonds du cinquième programme INTERREG Rhin Supérieur.

https://www.interreg-oberrhein.eu/

×

Bundesministerium für Wirtschaft und Energie (BMWi)


Le Bundesministerium für Wirtschaft und Energie (BMWi) (ministère fédéral allemand de l’Économie et de l’Énergie) soutient le projet indirectement par le biais des activités de la Plateforme énergétique franco-allemande. De plus, il finance l’aide fédérale à l’efficacité énergétique par la valorisation de la chaleur fatale et le raccordement aux réseaux de fourniture de chaleur, au profit des entreprises.

https://www.bmwi.de/

Les actualités