Traité de l’Élysée: la dena et l’ADEME se réjouissent de la demande de relance du traité avec un accent sur la politique énergétique et climatique

Andreas Kuhlmann: « La transition énergétique est un projet européen s’inscrivant dans une logique de progrès, qui devrait être placé au cœur de la coopération franco-allemande. »

Copyright: unsplash/Karsten Würth

La Deutsche Energie-Agentur (dena) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) accueillent favorablement la demande de relance du traité d’amitié franco-allemand en 2018, dit également Traité de l’Élysée. Le Bundestag et l’Assemblée nationale ont l’intention d’adopter une résolution dans ce sens le 22 janvier 2018 – date de son 55e anniversaire. Le but de cette relance est de dynamiser les relations franco-allemandes et entre autres, d’intensifier la coopération entre les deux pays en matière de politique énergétique et climatique.   

« La transition énergétique est un projet européen s’inscrivant dans une logique de progrès, qui devrait être placé au cœur de la coopération franco-allemande. C’est pourquoi nous sommes favorables à l’idée de placer les questions climatiques et énergétiques au centre d’un nouveau Traité de l’Élysée » a déclaré Andreas Kuhlmann, président du conseil de gérance de la dena. En plus des consultations au haut niveau gouvernemental, il est aussi prévu qu’à l’avenir les commissions parlementaires cherchent des accords lors de séances communes. « Ainsi cet outil de grade importance destiné à renforcer le partenariat franco-allemand pourra également  contribuer au parachèvement de l’Union Européenne de l’Énergie » a-t-il ajouté. « La dena contribuera volontiers avec l’ADEME et d’autres partenaires pour donner vie à cette initiative en s’engageant à souder les régions frontalières. »

« Une coopération transfrontalière renforcée constitue une excellente opportunité de promotion de la transition énergétique en Europe et des projets concrets peuvent servir de référence aux partenaires de la France et de l’Allemagne » a déclaré François Moisan, directeur exécutif de la stratégie, de la recherche et de l'international à l’ADEME. « En particulier, des actions telles que la mise en place de réseaux intelligents transfrontaliers en lien avec des Eurodistricts compétents dans ce domaine peuvent contribuer à cet objectif. L’ADEME, qui accompagne déjà les territoires français dans leurs démarches de développement durable, est prête à mettre son expérience au service de l’essor d’une telle coopération avec la dena ».

La « Smart Border Initiative » révèle les avantages d’une coopération transfrontalière

Plusieurs projets bilatéraux concrets ont été créés depuis 2015 dans le cadre de la Plateforme énergétique franco-allemande – un projet commun de la dena et de l’ADEME –. Ces projets représentent un fort potentiel, particulièrement dans les régions frontalières. C’est là-dessus que repose précisément la « Smart Border Initiative » : elle confirme les avantages d’une coopération transfrontalière dans la pratique, en l’occurrence dans la région Sarre/Lorraine. Entre autres, le premier réseau d’électricité intelligent transfrontalier y sera réalisé au niveau des réseaux de distribution.

Le traité de l’Élysée a été conclu en 1963 par le chancelier fédéral Konrad Adenauer et le président de la République française Charles de Gaulle. Il constitue la base de la coopération franco-allemande au niveau gouvernemental. Déjà en septembre 2017, en vue de son 55e anniversaire, le président de la République française Emmanuel Macron avait proposé de signer une version révisée comme partie d’un nouveau partenariat entre l’Allemagne et la France.

La plateforme énergétique franco-allemande

La dena a mis sur pied la plateforme énergétique franco-allemande avec l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME). Le but de celle-ci est de développer des projets de coopération en vue d’un approvisionnement énergétique durable – avec la participation de partenaires des deux pays. Les principaux volets sont l’efficacité énergétique, les réseaux, les énergies renouvelables et la mobilité. Des solutions communes aux défis actuels en matière de politique énergétique sont élaborées dans le cadre de projets concrets, elles ont vocation de servir de modèle dans toute l’Europe.

La « Smart Border Initiative »

Les systèmes énergétiques intégrés jouent un rôle décisif dans la réalisation des objectifs de la politique énergétique de l’Allemagne et de la France ainsi que de l’Union Européenne de l’Énergie. Les frontières demeurent comme toujours un obstacle. Le projet modèle « Smart Border Initiative » permet aux régions européennes voisines Moselle et Sarre, qui sont séparées par une frontière, de relier leurs systèmes énergétiques et poursuivre leur développement ensemble. Ce projet a été développé en commun par les exploitants de réseaux de distribution Innogy et Enedis ainsi que d’autres partenaires des deux pays dans le cadre de la plateforme énergétique franco-allemande.